Présentation

Bienvenue sur le réseau M4D, la plateforme mondiale sur la migration et le développement (M&D), qui réunit plus de 4800 praticiens de la migration et responsables politiques du monde entier. Grâce à cette plateforme, les membres peuvent échanger des informations et des idées, développer des compétences et consolider des partenariats en vue d’exploiter le potentiel de développement de la migration et de contribuer ainsi à la réalisation des objectifs de développement durable. Pour nous rejoindre, cliquez ici.

Cliquez sur les questions ci-dessous pour en savoir plus :

Que fait le réseau M4D ?

Une fois que vous avez créé votre profil, vous avez accès au réseau.

Vous souhaitez rencontrer des personnes et échanger avec elles pour trouver de l’inspiration ou encore mettre en place des partenariats ? Il vous suffit de chercher parmi nos membres et d’utiliser notre fonctionnalité de conversation en ligne privée. Si vous aimez débattre et apprendre des autres, prenez part à nos discussions en ligne ou lancez vos propres discussions sur le forum pour avoir l’avis des autres membres ! Vous souhaitez mieux comprendre les questions de migration et de développement ? Vous pouvez consulter tous les outils personnalisés que nous avons mis au point dans le cadre des ressources M4D et parcourez notre Bibliothèque M4D. Vous travaillez à la conception d’un programme de formation sur le couple migration et développement ou vous souhaitez réellement renforcer vos capacités ? Nous possédons le matériel de formation, les outils et des cours en ligne qui peuvent vous aider dans la section XX. Vous créez un projet M&D et vous voulez voir quels autres projets existent et les enseignements que leurs créateurs ont tirés de cette expérience ? Consultez notre base de données des projets. Il vous est également possible de partager vos propres projets et de diffuser vos rapports, publications, blogs et plus encore. Nous sommes toujours heureux d’héberger des contenus nouveaux et de nouvelles idées. Enfin, vous pouvez rester au fait des questions de M&D ou promouvoir vos propres manifestations dans la section « Quoi de neuf ? ».

Plus vous utilisez le réseau M4D et plus vous y contribuez, plus vous pouvez faire entendre votre voix et partager votre expérience pour alimenter des dialogues mondiaux tels que le Forum mondial sur la migration et le développement ou le Forum mondial des maires sur la mobilité humaine, la migration et le développement.

Quels sont les liens entre la migration et le développement ?

Les contributions positives des migrants et de la migration au développement sont maintenant reconnues dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. En outre, de nombreuses études montrent que la migration stimule la productivité mondiale dans son ensemble. En effet, il est traditionnellement admis que les migrants possèdent un capital et que les politiques doivent déterminer comment en tirer parti pour promouvoir le développement. Ce capital est social, économique, humain et culturel, et se traduit aussi bien par les réseaux que les migrants créent et par l’argent qu’ils envoient chez eux que par les compétences, la main-d’œuvre, les valeurs et les particularités culturelles qu’ils apportent. Pour en savoir plus :

Toutefois, les avantages de la migration ne devraient pas être considérés uniquement du point de vue de la contribution que les migrants peuvent apporter à un territoire donné. Même s’il s’agit d’un élément crucial, la relation entre la migration et le développement est bien plus complexe. En effet, les ressources, les aspirations, les motivations et les possibilités des migrants dépendent également du contexte socioéconomique, politique et de développement de leur pays d’origine, de leur pays de destination et des lieux par lesquels ils transitent pour s’y rendre. L’absence de développement, les débouchés économiques, le changement climatique ainsi que les conflits et l’insécurité sont tout autant de facteurs pouvant avoir un effet sur la dynamique migratoire. Les processus politiques, sociaux et économiques des pays de destination potentiels détermineront aussi comment, où et quand les migrations ont lieu. Les perspectives d’emploi, les avantages perçus de la migration, les réseaux sociaux existants, les régimes politiques en place et bon nombre d’autres facteurs influencent les décisions des migrants.

De fait, les migrations ont une incidence sur les structures sociales, culturelles, politiques et économiques au sens large, et en subissent les effets. Elles constituent par conséquent un phénomène multidimensionnel, non linéaire et complexe qui nous touche tous. Pourtant, le lancement prometteur du Programme 2030 et des objectifs de développement durable, qui prévoient notamment de faciliter des migrations sûres, régulières et ordonnées dans l’intérêt de tous, s’est accompagné d’une réponse très « réactive » aux flux migratoires de grande ampleur survenus au cours des dernières années en raison de catastrophes naturelles ou de conflits, tels que ceux qui sévissent en Syrie ou au Soudan du Sud. En témoignent l’adoption de lois de plus en plus restrictives en matière de migration et la tendance à lier les activités d’aide au développement dans les pays d’origine en vue de réduire les flux migratoires. Tous ces éléments ont donné lieu à la montée de sentiments d’hostilité et de xénophobie à l’égard des migrants, qui se sont traduits par des mesures et des politiques défavorables aux migrants. Ces mesures perpétuent des stéréotypes, mettent en danger les migrants et privent les pays des contributions que les migrants et la migration pourraient potentiellement leur apporter.

Plus nous restreignons les droits des migrants et leur accès à des services essentiels, plus nous renforçons les désavantages systémiques auxquels ils font déjà face et qui entravent leur capacité à se sortir de la pauvreté, à soutenir leur famille et à réaliser leur plein potentiel en tant que membres à part entière d’une société solidaire et en développement. Des migrants en mauvaise santé ne peuvent ni participer ni contribuer à la société ; des migrants en situation irrégulière ne peuvent pas avoir accès à un travail décent ; des migrants sans éducation ne peuvent pas réaliser leur propre potentiel de développement ; l’offre et la demande de main‑d’œuvre au niveau mondial ne peuvent être satisfaites en l’absence de migrations sûres, ordonnées et régulières ; les migrants qui font l’objet de discrimination ou qui sont victimes de racisme ou de crime haineux restent marginalisés et laissés pour compte.

Si nous voulons atteindre l’ensemble des 17 ODD et nous assurer réellement de « ne pas faire de laissés-pour-compte », il nous incombe donc de comprendre comment tous ces domaines de gouvernance sont étroitement corrélés et influencés par la migration. Il convient dès lors d’adopter une approche « associant l’ensemble du gouvernement », ce qui requiert une coordination entre tous les secteurs du gouvernement aux fins d’élaboration de politiques adaptées aux effets de la migration et aux besoins des migrants, et qui répondent à ces derniers. Nous promouvons une nouvelle approche de la gouvernance de la migration, qui vise à assurer une cohérence des politiques en matière de migration et développement en « intégrant » le fait migratoire dans la planification des politiques locales et nationales. 

Migration et développement : jalons récents

Du premier Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur les migrations internationales et le développement qui s’est tenu en 2006, suivi de l’introduction de la migration dans les ODD en 2015, à la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants en 2016, le potentiel de développement de la migration est devenu un enjeu de mieux en mieux reconnu et solidement ancré dans l’action de la communauté internationale. Cliquez sur les principaux faits marquants dans la frise chronologique ci-dessous pour en savoir plus et voir où nos programmes ont joué un rôle.

Notre raison d’être

Le nouveau réseau M4D reflète la convergence de deux programmes mondiaux qui s’intéressent au couple migration et développement depuis 2008. Aujourd’hui, le programme s’appelle Programme conjoint mondial OIM-PNUD sur la cohérence des politiques en matière de migration et de développement.

Nous avons commencé nos travaux et lancé le réseau M4D en 2008 avec l’Initiative conjointe pour la migration et le développement (ICMD) des Nations Unies, dirigée par le PNUD en partenariat avec six autres institutions des Nations Unies, dont l’OIM. Le but était de réfléchir à des initiatives ciblées, capables de donner aux migrants les moyens d’être des acteurs du développement à l’échelle locale, et de mettre ces initiatives en œuvre. Puis, en 2011, constatant que l’impact de la migration dans les communautés peut être renforcé dès lors qu’il existe un cadre national qui envisage la migration dans le contexte des priorités de développement nationales, OIM-PNUD ont lancé le Programme d’intégration de la migration dans les stratégies nationales de développement.

Grâce à l’expérience acquise et aux outils élaborés au titre de ces deux programmes, nous nous engageons maintenant sur la voie d’une approche de la gouvernance des migrations plus large et globale, qui vise à comprendre le cadre politique général dans lequel s’inscrivent les migrations sur un territoire quelconque et la manière dont celui-ci peut stimuler ou affaiblir le potentiel de développement de la migration. Il convient dès lors d’examiner les relations d’incidence réciproques entre la migration et tous les secteurs de gouvernance − santé, éducation, logement et accès à la justice. C’est ce qu’on appelle une approche associant l’ensemble du gouvernement. De la sorte, il est possible de garantir une cohérence politique intersectorielle. Cliquez sur les titres du programme pour en savoir davantage.

Par conséquent, le réseau M4D sera désormais géré dans le cadre de la troisième phase du Programme conjoint mondial OIM-PNUD sur la cohérence des politiques en matière de migration et développement, lancée en avril 2018, qui continuera d’être financée par la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC).

Pour de plus amples informations, consultez la section « Notre mission » ici.

Rencontrez l’équipe

Rencontrez notre équipe mondiale, composée de membres dynamiques issus d’horizons divers, possédant une expertise variée, qui sont basés dans 13 pays du globe ! Il vous suffit de cliquer sur leurs noms pour en savoir plus sur eux.