Conseil consultatif des migrants

MAB

Le Conseil consultatif des migrants de l’ICMD, composé de six experts détenant une expertise universitaire et sur le terrain dans le domaine de la migration et du développement, fournit des avis de fond sur l’Initiative conjointe. La manière dont le Conseil est composé aide l’Initiative conjointe à poursuivre son ambition, qui est de travailler étroitement avec les principaux praticiens en matière de migration et de développement en vue de favoriser l’application des programmes et de créer une voie d’engagement avec l’Initiative conjointe. La composition du Conseil reflète la couverture géographique de l’Initiative conjointe, dans le but d’intégrer à la planification des programmes les dimensions régionales spécifiques de la migration et du développement. Les membres du Conseil ont des profils et des domaines d’expertise différents, ce qui permet d’intégrer et de refléter les nombreuses facettes du travail des associations et organisations de la diaspora et de migrants.

Les membres du Conseil partagent avec le programme leurs réseaux, ainsi que leurs politiques et connaissances politiques sur les questions touchant à la migration et au développement conformément aux quatre domaines thématiques de l’Initiative conjointe : capacités des migrants, communautés de migrants, transferts de fonds et droits des migrants. Le Conseil a fourni des contributions de fond au cours de la phase de rédaction des quatre volets thématiques du financement de l’Appel à propositions, en ciblant les organisations de la société civile et les autorités locales. Il a joué un rôle crucial en apportant sa participation et en examinant les priorités et résultats escomptés, tout en assurant l’inclusion des intérêts et besoins essentiels des organisations de la diaspora et de migrants.

Le Conseil a fourni un appui et participé à la Foire au savoir de Bruxelles en décembre 2008, et s’attache maintenant à participer à la sélection des projets présentés suite à l’Appel à propositions, aidant à maintenir la cohérence stratégique globale de l’Initiative conjointe. Le Conseil joue un rôle consultatif important et contribuera à la Communauté de Pratique sur la migration et le développement pendant toute la durée du programme.

1. Mr. Jean Paul ZOYEM
Jean-Paul Zoyem est né au Cameroun et a fait ses études en France, où il a obtenu son doctorat d’Economie. Il a ensuite travaillé comme Economiste de la pauvreté pour la Banque mondiale, en tant que chercheur auprès du Programme alimentaire mondial en France et en tant qu’économiste/statisticien pour des organisations internationales en Afrique. Depuis 1991, il travaille directement avec les associations de la diaspora africaine en France. Il est coordonnateur de CASE-DAFRIQUE, une entreprise mettant en contact des experts avec les sociétés fournissant de l’aide technique en Afrique. Dans ce cadre, il a mis en place un programme visant à renforcer les capacités des communautés de migrants du Cameroun à trouver des emplois grâce aux réseaux de la diaspora. Il participe en outre activement à l’association de la diaspora ACSE-Afrique, qui vise à améliorer la qualité de l’éducation en Afrique, grâce aux liens entre le Nord et le Sud.

2. Ms. Titilola BANJOKO
Mme Titilola Banjoko est née au Nigéria et a fait ses études au Royaume-Uni. Elle est actuellement conseillère d’organisations internationales, de gouvernements, d’organisations du secteur privé et non gouvernementales sur les questions du renforcement des capacités et de l’utilisation des transferts de fonds en Afrique. Mme Banjoko promeut l’utilisation du capital humain et du capital de la diaspora comme outil pour renforcer les capacités développementales en Afrique. A cet égard, elle a créé un site Internet “Trouvez un travail en Afrique“, pour lequel elle a mis en place avec succès des outils, instruments et processus en ligne et hors ligne pour permettre un engagement effectif des parties prenantes. Elle a de même été une pionnière en lançant AfricaRecruit, un programme conçu pour renforcer les capacités en Afrique. Mme Banjoko a reçu trois prix pour les efforts qu’elle a déployés au niveau de la migration et du développement. Elle travaille actuellement à Londres sur des initiatives propres aux pays dans le domaine des transferts de fonds.

3. Mr. Ayman ZOHRY
M. Zohry est né en Egypte. Il a obtenu son doctorat de Géographie au Royaume-Uni avant de retourner dans son pays natal, où il a fondé la Société égyptienne pour les études sur la migration (Egyptian Society for Migration Studies  - EGYMIG), un institut basé au Caire dont il est actuellement président. M. Zohry a une longue expérience au niveau des conférences et des recherches dans le domaine de la migration et du développement. Au cours de ces dernières années, il a travaillé comme professeur invité à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), l’Université américaine du Caire (AUB) ainsi qu’à l’Institut danois pour les études internationales. M. Zohry a également fourni divers services de consultant et des conseils techniques à l’OIM, à la Banque mondiale, à la Ligue arabe, à la CESAO des Nations Unies, à l’Union européenne, à l’Académie pour le développement éducatif (Academy for Educational Development - AED), à l’ONUSIDA ainsi qu’à de nombreuses autres organisations nationales, régionales et internationales et ONG.

4. Ms. Leila RISPENS-NOEL
Mme Leila Rispens-Noel est née aux Philippines. Elle a 15 ans d’expérience de travail auprès d’organisations de migrants de diverses régions (Afrique, Amérique latine et Asie) et pour ce qui est d’influencer les politiques dans les domaines de la migration, du développement et des transferts de fonds. Basée aux Pays-Bas, elle travaille actuellement comme Administratrice de programme pour Oxfam Novib. Elle fournit en outre une assistance technique aux organisations non gouvernementales hollandaises ainsi qu’aux organisations de la diaspora qui appuient des projets en Afrique de l’Est, de l’Ouest et australe. Elle est en train de mettre en place un programme de renforcement des capacités et travaille comme experte sur le microfinancement, les transferts de fonds, la migration et le développement. Mme Rispens-Noel promeut l’inclusion de la migration dans les stratégies de développement ainsi que la participation active des organisations de la diaspora dans le domaine du développement. Elle est membre active de l’Association des Bansalenos dans le monde (Association of Bansalenos Worldwide) et gère deux blogs sur Internet : l’un consacré à la migration et au développement http://diasporajourney.blogspot.com et l’autre sur la mobilisation en faveur des migrants philippins: http://filipinosworldwide.com.

5. Mr. Gibril FAAL
M. Faal est né en Gambie et a fait ses études au Royaume-Uni. Il a 15 années d’expérience en tant que chercheur et de dirigeant de la diaspora. M. Faal est directeur de GK Partners, une société spécialisée dans le conseil sur l’entreprise sociale et le développement international, ainsi que de RemitAid, une organisation qui s’attache principalement à atténuer les conséquences négatives des transferts de fonds et à favoriser la constitution de transferts de fonds collectifs. M. Faal a également travaillé comme évaluateur indépendant pour le Centre pour la migration, la politique et la société de l’Université d’Oxford, et a publié divers articles sur les transferts de fonds et la migration et le développement. A diverses occasions, il a travaillé comme expert pour des organisations internationales telles que l’OIM, l’UNESCO, l’Union européenne et l’Union africaine (UA). M. Faal réside actuellement au Royaume-Uni et est président de la Fondation africaine pour le développement.

6. Ms. Elizabeth THOMAS-HOPE
Mme. Elizabeth Thomas-Hope est née en Jamaïque, où elle est actuellement Professeur principal James Sivright Moss-Solomon de Gestion environnementale et Directrice du centre pour l’Environnement à l’University of West Indies. Elle a obtenu son doctorat au Royaume-Uni. Mmr Thomas-Hope a écrit des livres, articles et documents variés sur la migration internationale, les questions sociales aux Caraïbes, le développement durable et les questions environnementales. Elle a en outre une vaste expérience internationale, ayant été membre de groupes d’experts sur les questions de migration pour l’OIM, l’UNITAR, la CEPACL et l’OIT. Elle s’est occupée des volets caribéens d’un certain nombre de projets de recherche internationaux sur la migration, les questions environnementales et le développement durable.